Billet à venir sur la bispiritualité et Diane Labelle pour cette Journée Nationale des Autochtones

Solstice d’été et Journée nationale des Autochtones

Billet à venir sur Diane Labelle et la bispiritualité

En cette journée spéciale du solstice d’été et de la Journée nationale des Autochtones ce 21 juin, j’écrirai bientôt un billet traitant de bispiritualité et de ma rencontre avec Diane Labelle, la directrice du Kahnawake Learning Center à Kahnawake.

Anders Turgeon

Bien que cette rencontre ait eu lieu au mois de 26 mars dernier et qu’elle date un peu, je voulais en parler. Toutefois, en raison de contretemps et de difficultés dans ma vie personnelle, j’ai toujours remis ce projet à plus tard.

Bien que le billet sur Diane Labelle et la bispiritualité n’est pas délivré aujourd’hui comme je l’aurais voulu, je tiens tout de même à écrire ce teaser pour vous inciter à lire le billet que je vais préparer au cours des prochaines semaines. Car ça vaut vraiment le détour.

J’ai vraiment été séduit par ma rencontre avec Diane Labelle, cette lesbienne mohawk qui dirige le Kahnawake Learning Center à Kahnawake. D’entrée de jeu, elle m’a dit quelque chose qui m’a marqué: « Je ne me définis pas comme lesbienne, mais plutôt comme bispirituelle. » Mon interview avec elle s’en trouvait littéralement chamboulée. Alors, nous avons discuté pendant une bonne heure de la vision de l’homosexualité et de la bispiritualité chez les autochtones du Québec et, plus spécialement, de Kahnawake.

En somme, j’ai été littéralement séduit par ma rencontre avec Diane Labelle. J’espère vous en faire le récit à temps pour les Célébrations de la Fierté de Montréal à la fin du mois de juillet.

En attendant, je vous souhaite une bonne Journée nationale des Autochtones et un bon solstice d’été!

Mise à jour: Finalement, ce billet ne sera pas rédigé. Mais quoi qu’il en soit, je tiens à remercier Diane Labelle pour le temps qu’elle m’a consacré lorsque je l’ai rencontré à son bureau du Kahnawake Learning Center, à Kahnawake.

Publicités

Les Services immobiliers Bond: des propriétaires arnaqueurs

Recherche d’un logement

Se faire fourrer par les Services immobiliers Bond

Vous êtes en pleine recherche pour vous trouver un nouveau logement dans le tout-Montréal? Eh bien, si vous tombez sur un logement dans un immeuble dont le propriétaire est l’entreprise Services immobiliers Bond, je ne vous conseille pas de signer un bail avec eux.  Voici pourquoi.

Anders Turgeon

les-services-immobiliers-bond-des-proprietaires-de-logements-arnaqueursMoi et ma mère vivons présentement au sein du quartier Rosemont dans un immeuble à logements détenu par les Services immobiliers Bond. Notre immeuble est situé sur la 25e avenue – à l’est du boulevard Pie-IX – entre les rues Saint-Zotique et Bélanger. Il a été acquis il y a maintenant presque 2 ans par les Services immobiliers Bond après avoir été détenu par un particulier possédant plusieurs logements. Depuis que les Services immobiliers Bond sont propriétaires, rien ne va plus dans l’immeuble.

D’abord, je me dois de mentionner que nous n’en avons pas pour notre argent. Les Services immobiliers Bond ne se donnent pas la peine de fournir à leurs locataires des services dignes de ce nom. Parmi ces services que nous, locataires, ne bénéficions pas et qui seraient pourtant non négligeables, mentionnons:

  • l’absence du service de conciergerie adéquat: aucun concierge résidant dans l’immeuble et celui qui tient lieu de pseudo-concierge néglige l’entretien de l’immeuble;
  • un service de buanderie déficient: des sécheuses brisées ou
  • des logements mal isolés
  • aucune personne disponible s’il y a un bris mineur (poêle ou réfrigérateur) ou majeur (plomberie);

Les Services immobiliers Bond sont aussi cupides et ne se soucient guère de leurs locataires.les-services-immobiliers-bond-des-proprietaires-de-logements-arnaqueurs-logo

Et que dire de nos voisins, à qui les Services immobiliers Bond ont fait signer un bail. Moi et ma mère, qui sommes des locataires peu dérangeants, nous nous faisons harceler par ces voisins intolérants ou mentalement dérangés.