Charlie Hebdo: ces deux gourdes qui ont déshonoré le Prophète…

la page à papi

Nous avons vengé le prophète, hurlaient les barbares arabes à barbe ou sans barbe après le massacre. Nous avons tué Charlie Hebdo…

Je suis Charlie... Brown

Heu…

Yo soy Charlie. Je suis Charlie. Cogito, ergo sum Charlie… Et non, cet attentat n’aura ni éteint la flamme de Charlie Hebdo ni amélioré la position du Prophète sur l’échiquier politico-religieux. D’ailleurs, à en juger par cette solidarité ostentatoire que manifestent les médias à travers le monde, c’est pas demain la veille de l’extinction des feux! Et que dire de cette initiative commune de la presse québécoise de publier aujourd’hui dans tous les quotidiens du Québec  les caricatures qui avaient suscité la rage des fous d’Allah…

Le flambeau n’a pas été éteint; au contraire, il aura été multiplié. C’est ça, la vengeance du Prophète? C’est ça, la Victoire d’Allah sur  les Infidèles? Si tant est que tu NOUS refuses le droit au doute, alors va…

Voir l’article original 698 mots de plus

Je pleure la liberté

Le blogue de Joanne Marcotte

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais je peine à lire et à écouter tout ce qui s’écrit et se dit sur le triste et fatal acte de barbarie à Charlie Hebdo.

Je pleure la liberté, je pleure ces soldats dessinateurs à qui il serait indécent de se comparer et je pleure pour leurs familles. « Nous sommes tous Charlie? ». Je ne crois pas. En toute humilité, bien rares sont les véritables combattants de la liberté d’expression et d’opinion. Bien rares sont ceux qui dessinent, écrivent, parlent en sachant très bien que leur vie est en danger et qu’ils sont littéralement dans la mire de lâches barbares.

Eux, ç’en étaient des vrais et je les salue bien bas en leur exprimant toute ma reconnaissance et ma gratitude. Qui sait? Peut-être s’agira-t-il ici d’un point tournant dans l’histoire du prochain siècle? Peut-être en retirerons-nous la voie à suivre dans cette guerre…

Voir l’article original 479 mots de plus

Placardons le web de ces caricatures qui dérange tant.

Le Minarchiste

charlie-hebdo-shooting-tribute-illustrators-cartoonists-11

Devant l’horreur des attentats survenus à Paris cette semaine, la moindre des choses que nous puissions faire est de placarder le web de ces caricatures qui ont tant enflammé la bande d’abrutis arriérés qui sont derrière ces attentats, non pas pour signifier qu’on les approuve ou qu’on les trouve drôles question de leur faire bien comprendre que notre liberté d’expression n’est pas négociable, bien que certains politiciens occidentaux n’hésitent parfois pas à piler dessus quand ça les arrange.

D’ailleurs, je me réjouis de voir que beaucoup de médias qui rapporte le drame de Charlie Hebdo insère quelques unes de ces caricatures (dont La Presse et Contrepoints). On peut donc dire que ces idiots de terroristes se sont tirés une balle dans le pied puisque ces images qui les insulte tant sont maintenant partout en conséquence de leur acte!

J’invite donc tous mes lecteurs qui ont aussi un blogue à copier/coller…

Voir l’article original 50 mots de plus

2014 en révision

Les lutins statisticiens de WordPress.com ont préparé le rapport annuel 2014 de ce blog.

En voici un extrait :

Un métro New-Yorkais contient 1.200 personnes. Ce blog a été visité 5 800 fois en 2014. S’il était un métro New-Yorkais, il faudrait faire 5 voyages pour les déplacer tous.

Cliquez ici pour voir le rapport complet

C’est bien, mais pour la prochaine année, je serai plus actif. je veux que plus de gens me lisent. Je serai donc plus actif, d’autant plus que j’ai des brouillons en préparation et je puise mon inspiration partout.

Me reste à travailler sur mon syndrôme de la page blanche et ma procrastination…

Manifeste: Avoir le droit d’être en tant que LGBT

Manifeste

Le droit de pouvoir exister en tant que personne LGBT

En cette Journée internationale du coming-out, je veux vous présenter un texte que j’ai écrit dans le cadre de mon cours Rédaction et communications publiques à l’Université de Montréal. L’exercice étant la rédaction d’un manifeste, j’ai choisi d’un rédiger un à propos du droit d’exister et d’être en tant que gai, lesbienne, bisexuel ou trans (LGBT) et contre l’homophobie.

Anders Turgeon Dossiers Homosexualité, Homophobie, LGBT

Rainbow flag. Symbol of gay pride.

Rainbow flag. Symbol of gay pride. (Photo credit: Wikipedia)

Être gai, lesbienne, bisexuel(le) et/ou trans est encore mal vu dans notre monde aujourd’hui malgré le travail colossal accompli par les militants des diverses communauté lesbienne, gaie, bisexuelle et trans (LGBT). La lutte reste encore à être menée en Occident contre l’homophobie insidieuse et dans le reste du monde contre l’homophobie d’État.

Que ce soit en Europe ou en Amérique du Nord, nous devons sans cesse lutter contre l’homophobie et l’intimidation, son pendant naturel. N’oublions pas que l’intimidation touche beaucoup les jeunes gais et lesbiennes en milieu scolaire. Près de 600 jeunes LGBT de 10 à 24 ans se suicident à chaque année selon Statistique Canada. Chaque suicide en est un de trop. Tout comme les remarques désobligeantes traitant de notre manière de nous présenter, de vivre, d’aimer et d’élever nos enfants.

Il ne faut pas oublier non plus nos confrères et consœurs LGBT en Afrique, au Moyen-Orient ou en Asie centrale qui n’ont

pas le droit d’aimer des gens du même sexe qu’eux. Ils sont insultés, humiliés, bâillonnés, emprisonnés et même condamnés à mort juste pour leur amour envers leur propre sexe. Pire, ce sont les gouvernements de ces États qui leur dénient le droit d’exister en pratiquant une homophobie d’État. Il ne faut pas oublier non plus les LGBT d’Amérique latine et de l’Europe de l’est qui ne peuvent pas s’afficher ouvertement comme étant des LGBT sur la place publique et ainsi faire connaître leur réalité.

Il est temps que nous, LGBT, fassions valoir notre droit d’exister et de vivre sans risquer de subir de la haine homophobe de toute nature. Il est temps que nous poursuivions le combat pour les autres LGBT de la planète qui ne peuvent pas être qui ils sont ou juste d’aimer des gens comme eux. Après tout, nous sommes tous des êtres humains.