Kukum de Michel Jean : la vie d’Almanda Siméon et des Innus du Lac-St-Jean

Kukum de Michel Jean

La vie d’Almanda Siméon et des Innus du Lac-St-Jean

Dans son plus récent roman Kukum, le chef d’antenne de TVA Nouvelles, auteur et journaliste Michel Jean nous amène à la découverte de son peuple autochtone, les Innus, à travers l’histoire fascinante de son arrière-grand-mère Almanda Siméon à Mashteuiatsh (Pointe-Bleue), en territoire innu, au Lac-Saint-Jean. Et cette histoire vaut le détour.

Couverture de Kukum de Michel JeanKukum nous plonge à l’époque des pionniers de la colonisation du Lac-St-Jean. Almanda fait la rencontre de l’arrière-grand-père de Michel Jean, Thomas Siméon, pour qui elle a un coup de foudre réciproque. Elle dit ainsi adieu à ses deux parents adoptifs (désignés comme étant son oncle et sa tante) pour embrasser la culture innue et son nomadisme à la fin du 19e siècle. Étant encore une adolescente (même si le terme n’existait pas encore à l’époque) lorsqu’elle épouse Thomas, elle intègre ainsi le clan des Siméon. Elle y apprend progressivement leur mode de vie quotidien, la langue et la culture des Innus au point où elle en devient une elle-même de cœur au cours des années.

Almanda vécut une magnifique histoire d’amour avec Thomas avec qui elle a eu plusieurs enfants, tous élevés dans la forêt. En même temps, on la suit dans les multiples aventures du clan Siméon à travers Nitassinan. On saisit également les bouleversements entrainés par la colonisation du Lac-St-Jean et les débuts de l’industrie forestière. Nous vivons aussi, à travers ses yeux et le récit de l’auteur qui rapporte ce témoignage visuel, le drame de la sédentarisation forcée du peuple innu et des enfants enlevés aux familles de Mashteuiatsh pour être amenés de force dans des pensionnats religieux. Un traumatisme vécu et internalisé par la plupart des autochtones du Québec.

Le tout forme un témoignage captivant de la vie de l’arrière-grand-mère de M. Jean, ponctué à la fois de moments tantôt tendres, tantôt dramatiques, tantôt révoltants, mais jamais ennuyants. La prose vivante et au style simple du journaliste, ayant le sens du récit propre à son métier, rend l’histoire de la vie d’Almanda Siméon captivante et contemplative en même temps. La nature et ses éléments, omniprésents, nous font voyager et nous sortent de notre confort moderne du 21e siècle en nous replongeant à la fin du 19e siècle et dans la première moitié du 20e siècle. Et le récit nous hante longtemps après en avoir terminé la lecture, chose que j’ai accomplie en deux jours à peine!

Bref, Michel Jean nous livre, avec Kukum, un récit envoûtant se situant entre le récit biographique et le roman à propos de son arrière-grand-mère Almanda Siméon. Si vous avez envie de savourer une histoire et d’en apprendre un peu plus sur la vie et le quotidien des Innus du Saguenay—Lac-St-Jean avant la sédentarisation et les pensionnats, je vous le recommande chaudement.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.